La base de la confiance en soi : Ma déclaration des droits

Temps de lecture : 4 minutes

Confiance en soi, estime de soi, mais aussi affirmation de soi, tous ces fondamentaux de notre bien-être déterminent en grande partie la qualité de notre vie. Il existe bien des outils et des exercices pour améliorer ces compétences, mais il en existe un qui est à la base de tout, c’est notre déclaration des droits ! Voyons ça de plus près !


Il nous est tous déjà arrivé de nous retrouver dans des situations déplaisantes avec autrui. Une demande indésirable, un reproche que l’on pense (quoi que pas toujours) injustifié et autres situations déplaisantes.

Pensez-y, quelle est la dernière remarque qu’on vous a faite, qui pourrait être reformulée en commençant par « tu n’as pas le droit de… ». En formation, les plus courantes que j’ai pu entendre sont « tu n’as pas le droit d’être en colère », « tu n’as pas le droit de te sentir fatigué », « tu n’as pas le droit de me laisser tomber », et j’en passe et des meilleures.

Le fait est que la plupart des remarques qu’on nous adresse peuvent être reformulée par « tu n’as pas le droit de… ». Mais au final, avons-nous le droit? D’ailleurs, quels sont nos droits? Vous êtes-vous déjà posée la question de quels sont vos droits? Non pas d’un point de vue juridique évidemment, mais d’un point de vue sociale, psychologique, ou tout simplement relatif à votre bien-être?

La déclaration des droits personnels est la base de tout travail sur l’affirmation de soi. Elle peut sembler anecdotique au premier abord, mais il est très important de se questionner sur le sujet et surtout de les écrire ! N’oubliez jamais qu’écrire permet toujours de mettre les choses au clair, à la fois sur papier mais surtout dans votre esprit.

Quels sont les avantages à rédiger ma déclaration des droits personnels?

Tout comme nos droits en tant que citoyen, prendre conscience de nos droits personnels permet de nous défendre. De fait, si nous nous retrouvons dans une situation où on nous demande quelque chose et que nous voulons dire non, il est beaucoup plus facile de se prononcer quand on peut s’appuyer sur nos droits. De même, elle nous permet également de mieux déjouer les tentatives de manipulations ou de nous faire culpabiliser.

Par exemple, si vous souhaitez partir un week-end avec vos amis, mais que votre conjoint vous reproche de « l’abandonner », de le délaisser et vous demande de rester ou de le prendre avec vous, vous rappeler que vous avez le droit d’avoir une vie de couple, mais également une vie sociale indépendante de celle-ci vous aidera à appuyer et argumenter votre refus à sa demande. Bien sûr il y a une manière de formuler ce non afin de préserver votre relation, et je vous invite à lire cet article pour le découvrir 😉

Notre déclaration des droits personnels nous permet également de respecter nos besoins, ainsi que d’être plus en phase avec nos émotions.

Il est pas exemple courant qu’on reproche au gens en colère de ressentir cette émotion, ou encore de ressentir de la jalousie. Ainsi on peut entendre « Tu n’as pas le droit d’être en colère, cette personne ne t’as rien fait ». « Tu n’as pas le droit d’éprouver de la tristesse, tu as tout pour être heureux ».

Ce qui est important de noter ici, lorsqu’on parle des émotions, c’est que nous avons tout à fait le droit d’éprouver ce que nous éprouvons. Par contre, la manière dont celles-ci s’expriment et se manifestent, c’est là que nous devons faire attention. La colère par exemple peut être partagée avec nos proches, car elle a besoin d’être exprimée. On en parle, on partage ce qu’on ressent, et au besoin, on essaie de trouver des solutions. L’exprimer en frappant contre en mur, ou pire, sur une personne, n’est évidemment pas la bonne manière de faire (ai-je vraiment besoin de le préciser?). Ce n’est donc pas les émotions le problème, mais la manière dont on les exprime. Rappelez-vous bien de ceci lorsque vous vous retrouverez dans telles situations !

Maintenant, passons un peu à la pratique !

Quelques règles avant de commencer :

Parler en « je »

« J’ai le droit d’exprimer mes faiblesses et mes limites »

Il s’agit de VOTRE déclaration des droits, elle est personnelle, il est donc important de s’exprimer à la 1ère personne.

Mes droits ne doivent pas aller à l’encontre de ceux d’autrui

Cela parait évident, mais c’est pourtant un détail qui peut facilement être oublié. Car si j’ai effectivement le droit de m’affirmer et de faire respecter mes droits, il en va de même pour la personne en face.

Enfin, quelques exemples généraux pour vous aider et vous inspirer tirés des travaux de Manuel J. Smith
  1. J’ai le droit d’exprimer mes faiblesses et mes limites.
  2. J’ai le droit d’avoir et d’exprimer mes propres goûts, sentiments, opinions et réactions.
  3. J’ai le droit d’être seul juge de mon comportement, de mes pensées, émotions et d’être responsable de leurs conséquences sur ma vie.
  4. J’ai le droit d’exprimer mes préférences au sein d’un groupe, que celui-ci soit composé d’égaux ou de personnes détenant un pouvoir ou une autorité.
  5. J’ai le droit de changer d’avis
  6. J’ai le droit de juger si je suis capable et responsable ou non de trouver des solutions aux problèmes des autres.
  7. J’ai le droit d’être indépendant de la bonne volonté des autres.

N’hésitez pas lors de votre rédaction à être plus précis si il le faut ! Votre seule limite est de ne pas empiéter sur les droits d’autrui !

A vous maintenant !

Sortez votre feuille, votre fichier Word ou n’importe quel autre support, et commencez à rédiger votre propre déclaration des droits personnels !

Vous pouvez également en rédiger en fonction des différentes sphères de votre vie pour commencer. Par exemple :

  • « En famille, j’ai le droit de… »
  • « Au travail, j’ai le droit de… »
  • « Dans mon couple, j’ai le droit de… »
  • « En société, j’ai le droit de… »

Ensuite, vous pouvez réunir ces différents droit sur une charte qui englobe le tout !

N’hésitez pas non plus à imprimer et encadrer votre déclaration des droits, décorez-la, faites-la à votre image, car encore une fois, c’est la votre, et mettez là en évidence à un endroit où vous pourrez régulièrement la relire. Ainsi, avec le temps, elle s’encrera en vous et vous serez toujours à même de défendre vos droits ! 😉

Laisser un commentaire